Rat taupier : un nuisible au jardin ! Comment éviter les dégâts ?

S’il est autant détesté par les agriculteurs et les jardiniers, c’est parce que le rat taupier est un véritable fléau pour les cultures. Il cause d’innombrables dégâts, et sa population peut se multiplier rapidement. De ce fait, il est important de savoir comment s’en débarrasser lorsqu’ils apparaissent dans votre environnement…

Le rat taupier, c’est quoi ?

Le nom scientifique de ce rongeur est Arvicola terrestris. On le nomme aussi « campagnol terrestre”, et il s’agit d’un petit mammifère ressemblant à une souris que l’on pourrait trouver mignon, si on ne prend pas en compte ses nombreux méfaits. Le rat taupier fait entre 12 et 20 cm de long, et il est d’une couleur qui oscille entre le roux et le brun.

Sa forme et son museau sont arrondis, et avec ses incisives très longues et courbées, il rappelle un peu le castor. Le rat taupier aime rester dans des terres fraiches et humides. On le retrouve beaucoup dans l’est et le nord de France, dans les environnements où il y a des arbres fruitiers, des jardins ou des prairies.

Notons que ce rongeur vit en colonie. Alors si vous en voyez un, le nid n’est donc pas loin. Aussi, il se multiplie très vite, puisqu’avec une période de gestation de 21 jours, la femelle peut donner vit à 48 petits. La période de gestation s’étend de mars à octobre, et il peut y avoir jusqu’à 6 portées pendant ce temps pour la femelle.

Les petits rats taupiers grandissent très vite, et 8 semaines après avoir vu le jour, ils peuvent déjà aussi se reproduire ! Ce qui veut dire qu’en l’espace de quelques mois, à partir d’un seul couple, vous pourrez vous retrouver avec une centaine de rats taupiers dans votre environnement !

Autre rat à découvrir et à connaître : le rat fruitier

Mode de vie du campagnol terrestre

En dehors du fait de se multiplier à une vitesse effarante, cet animal est connu pour creuser des galeries souterraines. Pour cela, il se sert de ses pattes avant, mais surtout de ses incisives tranchantes. Ces galeries sont différentes de celles des taupes. Elles sont plus petites et creusées en oblique. Elles sont également très longues et peuvent faire plusieurs niveaux. Aussi, il n’est pas rare que le rat taupier utilise les galeries des taupes, ou débute les siennes à partir de là.

Très souvent, ce sont les petits campagnols terrestres qui aiment sortir de leurs cachettes la nuit. Les adultes préfèrent souvent rester dans les galeries et les nids. C’est là que se trouvent, bien rangées, d’importantes réserves de nourriture.

Un rongeur… pas très sympathique

Le rat taupier est végétarien, mais il est vorace. Alors quand sa famille se multiplie, les dégâts causés peuvent être énormes. C’est en creusant des galeries qu’ils atteignent et attaquent les racines des végétaux. Ces animaux les dévorent alors voracement, et tout y passe, aussi bien les racines des légumes que celles des arbres.

Inutile de dire que ce nuisible adore les légumes et tubercules en terre. Carottes, oignons, navets, betteraves, pommes de terre, poireaux, courges, pissenlits, et autres légumes et légumineuses, sans parler des fleurs, ils raffolent de tout, et les mangent par les racines. De ce fait, l’une des manières de détecter la présence de rats taupiers, c’est lorsque les plantes du jardin ou du potager commencent à flétrir, ou que les légumes à racine sont retrouvés à moitié dévorés.

Concernant les racines des arbres, cet animal les grignote petit à petit, et on remarque que l’arbre commence à vite dépérir. Cependant, lorsque l’arbre commence à montrer de tels signes, c’est qu’il est souvent déjà trop tard pour le sauver. Aussi, le rat taupier semble préférer les poiriers et pommiers, qui en saison froide sont souvent entourés d’herbes hautes. Une aubaine pour qu’il puisse attaquer au niveau de l’écorce à la base des arbres sans être vu. Ce mammifère mange pratiquement son poids en végétaux, mais il ne boit pas d’eau.

Parmi les autres méfaits qu’on peut lui reprocher, il y a l’affaissement des berges des cours d’eau, lorsqu’il creuse beaucoup de trous et de galeries profondes, près des berges. Il y a aussi des maladies et des virus. En effet, beaucoup de maladies peuvent être transmises par ces rongeurs, comme l’échinococcose, la tularémie, la leptospirose, etc.

Comment se débarrasser des rats taupiers ?

Il existe différentes solutions naturelles et chimiques pour venir à bout de ce fléau, mais le plus important, c’est d’intervenir le plus tôt possible pour l’éliminer.

Les prédateurs naturels du rat taupier

Le rat taupier est en bas de la chaîne alimentaire dans le monde animal, et nombreux sont les animaux sauvages qui s’en nourrissent. D’ailleurs, si ce petit rongeur pullule dans certaines contrées, c’est parce que le renard, l’un de ses plus grands prédateurs, y est devenu rare. En effet, ce carnivore pouvait dévorer plus de 10 000 rats taupiers l’année. Il y a aussi le lynx et le loup qui se repaissent bien de ces petits rongeurs. Si ceux-ci ont l’air un peu trop menaçant, il y a d’autres prédateurs naturels pour le campagnol terrestre, qu’il est possible d’introduire dans son environnement.

A titre illustratif, des fouines, des belettes, des putois, des hermines… peuvent faire l’affaire. De même, il y a des rapaces, qui aiment bien ce genre d’encas. Nous parlons de chouettes, de busards, de buses, etc. En dehors de tout ça, l’une des solutions les plus simples, c’est d’adopter un chat. Gambader dans le jardin en pourchassant des rats taupiers sera un véritable jeu pour lui, et sa présence sera assez dissuasive. Toutefois, cela ne suffira pas comme solution. Il faudra y associer quelques nichoirs à chouettes ou des perchoirs pour rapaces. C’est la présence de plusieurs prédateurs qui sera dissuasive pour ce rongeur.

Des plantes qui éloignent le rat taupier

Ces petites bêtes, même si elles semblent aimer toutes sortes de plantes, il y a certaines racines qu’elles détestent. Il s’agit entre autres, de l’armoise, le ricin, la tanaisie, l’euphorbe, la rue officinale, etc. Disperser ces plantes dans le potager ou le jardin de la maison, pourrait dissuader ces rongeurs, même s’il ne s’agit pas d’une solution à long terme.

Le travail du sol pour perturber les rats

Cette solution est efficace, sauf qu’elle est temporaire, car si vous le faites trop, ce sera en défaveur de la biodiversité. En travaillant le sol, cela perturbe les rats taupiers et leurs galeries risquent de s’effondrer pour la plupart. Il faut aussi travailler par endroit en forme de mosaïque, de sorte à faire des barrages contre ces petits mammifères.

Il est aussi possible de détruire les galeries en imitant le piétement d’un troupeau. Le but est de tasser le sol par endroit avec des plots de 10 cm de haut par exemple, qui pourront percer le sol. Le nœud est de rendre l’environnement invivable pour ces rongeurs. Alors évitez les herbes trop hautes, et après récolte, ne laissez aucune trace de fruits et légumes sur le sol ou dans le potager. Mettre des graviers autour des arbres sur une zone assez large pourrait également les protéger.

Les pièges contre les rats taupiers : est-ce efficace ?

Il faut les poser au bout des galeries et pour en trouver, rien de plus simple, repérer un monticule de terre, que vous allez dégager avec une pelle. Vous verrez alors une ou plusieurs entrées galeries. C’est là qu’il faut poser le piège avec des gants, pour éviter la présence de votre odeur. Notons qu’il y a différents pièges, au nombre desquels on peut citer les pièges pinces ou fer à taupes, et le piège à cylindre (ou à guillotine).

Attention aux poisons !

S’ils peuvent être efficaces, les poisons sont à éviter, car ils peuvent aussi causer la mort des animaux prédateurs par extension, dont les chats et même les chiens.

Les plantes toxiques

En utilisant les tourteaux de ricin comme engrais, cela peut tuer ces rongeurs. Par contre, il faut veiller à ce qu’ils ne soient accessibles qu’aux rats taupiers, en mettant bien au fond dans le sol, précisément dans les galeries. Pour les rendre attrayants, les mélanger à des légumes découpés serait une bonne idée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *