La phobie des guêpes s'appelle l'apiphobie

Phobie des guêpes : comment ne plus avoir peur des guêpes ?

La piqûre des guêpes génère souvent chez les hommes des démangeaisons et des douleurs locales. Il s’agit d’ailleurs de l’une des raisons pour lesquelles, ils sont angoissés dans un environnement comportant ces insectes. Toutefois, il existe bien de méthodes pour les accompagner à surmonter leurs angoisses et à vaincre la peur des guêpes.

Apiphobie : de quoi s’agit-il ?

L’apiphobie est une réaction involontaire chez l’homme. Habituellement, elle survient de façon involontaire. Toutefois, elle peut également survenir à la suite d’une confrontation traumatisante avec les guêpes. Une personne souffrant d’apiphobie craint soit la douleur due à la piqûre ou soit la peur de l’étouffement lors d’une piqûre à la gorge.

Vous voulez éviter les piqûres de guêpe ? Découvrez les meilleures solutions anti-guêpe !

La peur des guêpes peut déboucher sur une phobie générale de tous types de piqûres. Dans certains cas extrêmes, ce dysfonctionnement entraîne l’incapacité du sujet à manger du miel. Quand elle survient, elle se manifeste notamment par :

  • Le développement des stratégies d’évitement ;
  • Le développement de la panique ;
  • Un état de crise voire d’hystérie ;

Notez que, plus un individu craint un affrontement direct avec l’insecte, plus il développe que la peur est la seule solution. Pour y remédier, les professionnels proposent diverses thérapies et divers traitements que vous pouvez mettre en pratique.

Traitement de l’apiphobie : quelles sont les thérapies possibles ?

À l’instar de nombreuses phobies humaines, l’apiphobie se traite de différentes manières. Dans le domaine médical, voici quelques approches que proposent les spécialistes.

La thérapie comportementale et cognitive

La méthode de thérapie comportementale et cognitive aide les patients à casser le lien entre la peur et la guêpe. Elle ne modifie pas la personnalité du sujet en profondeur, mais plutôt le comportement qui lui gâche la vie au quotidien. La thérapie se porte essentiellement sur les comportements non désirés de façon répétitive malgré la volonté du patient. Cette méthode de traitement joue sur deux registres complémentaires que sont : la cognition et le comportement.

Les séances de thérapie cognitive et comportementale se déroulent en présence d’un thérapeute. Ce dernier aide à réaliser des exercices de déconditionnement et amène l’individu à affronter la situation qu’il craint. Le but est de lui réapprendre le bon comportement à avoir en face des insectes. Au cours de cette thérapie, le professionnel aide aussi à réaliser des jeux de rôle et la relaxation musculaire.

La thérapie basée sur l’hypnose

L’hypnose n’est pas seulement utilisée pour pallier l’anxiété ou la dépression. En cas de manifestation des symptômes d’apiphobie chez un sujet, il peut bien servir à réaliser une thérapie. Elle permet en effet de surmonter les troubles de comportements grâce à la déconstruction de schémas erronés. Le thérapeute chargé de pratiquer l’hypnose sera donc utile pour identifier les origines de la peur. Mieux, il aidera à trouver des voies et moyens pour surmonter la phobie.

Par ailleurs, l’intervention du spécialiste vise à modifier dans le subconscient les idées fixes en rapport avec la guêpe. Enfin, il aide le patient à prendre conscience que ses peurs ne sont qu’une illusion et sont donc des phénomènes passagers. Au cours des séances, celui-ci est invité à s’imaginer mentalement dans des endroits spécifiques. Il peut s’agir d’une promenade en forêt, de la visite d’un nid d’apiculture ou la réalisation d’un camping près d’un nid de guêpes.

Traitement de la phobie des guêpes : quelles autres thérapies possibles ?

En dehors des approches précédentes, il existe bien d’autres thérapies à expérimenter pour guérir la phobie des guêpes. Il s’agit notamment de la technique de la confrontation, la désensibilisation systématique et l’adaptation comportementale.

La technique de la confrontation

La confrontation est une approche visant à mettre une personne face à sa phobie dans un environnement contrôlé. Dans le cas d’espèce, la victime est donc confrontée à une guêpe ou une abeille. Puisqu’il est assez complexe d’exposer celui-ci à un grand nombre d’insectes, le thérapeute utilise un procédé particulier. Il consiste donc à imaginer de façon nette qu’une population de guêpes est bien présente autour de sa personne.

Toutefois, notez que cette exposition imaginaire peut causer un gène au cours de sa réalisation. Il sera donc nécessaire d’avoir assez de persévérance pour surmonter les différentes angoisses. Aussi, il convient de répéter l’exercice en autant de fois qu’il faut pour vous sentir mieux. Le traitement se montre concluant lorsque vous passez de longues heures devant le stimulus sans ressentir une peur.

La technique de la désensibilisation systématique

La thérapie de la désensibilisation systématique est une application de l’élimination d’une réaction apprise face à un stimulus. Pour la mettre en pratique, il faut préalablement remplacer une action effrayante par un geste de relaxation. À cet effet, vous pouvez utiliser la technique de la respiration profonde, de la relaxation musculaire ou de la méditation.

À l’opposé de la technique de confrontation, la désensibilisation systématique permet d’affronter progressivement ses peurs. Pour ce faire, le thérapeute recommande d’écrire entre quinze et vingt éléments en rapport avec les abeilles ou les guêpes. Vous vous exposerez à chacune de ses situations qui provoquent en vous la peur ou l’anxiété au fil du temps.

La technique d’adaptation comportementale

L’autre méthode à utiliser pour vaincre la peur des guêpes est l’adaptation comportementale. Elle consiste à choisir une personne à imiter, de préférence un expert des abeilles ou des guêpes. Cela dit, il faut que votre choix se porte sur une personne qui vous ne vous met pas mal à l’aise tout au long de la fréquentation.

L’idée est d’imiter le comportement de votre modèle quand il se retrouve devant un guêpier. Pour cela néanmoins, il faut un long moment d’observation. Si vous sentez l’angoisse à la vue des insectes, servez-vous de l’une des techniques de relaxation pour vous maîtriser. Surtout, n’hésitez pas à demander des conseils à votre modèle pour bien gérer vos craintes et vos peurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *